1

Tout ce que j’aurais aimé savoir avant de sortir avec Elise Lucet

Il n’y a pas si longtemps, l’un de nos confrères rédacteurs avait croisé Élise Lucet sur Tinder et passé un mauvais quart d’heure américain. Mais croyez en mon expérience, sortir avec elle est encore pire. Bien pire.

Voici quelques trucs qui peuvent vous servir si jamais vous voulez tenter une histoire avec elle.
Bonne chance !

Elle continue à se présenter même au 15ème rencard

Elle claque toujours la bise en disant “Elise Lucet Cash Investigation”. Pas super romantique au bout d’un moment.

Quand elle va au restaurant, elle demande ses diplômes et l’origine des aliments au chef

Parfois elle fouille les cuisines et lui demande s’il n’abrite pas un trafic d’armes clandestin pour le Venezuela. Crois moi c’est pas le top pour fêter ses six mois ensemble.

Elle fait signer plusieurs décharges de consentement avant chaque rapport

47 pages de textes à parapher, de quoi niquer ta libido. Et si tu refuses elle en fera un spécial Cash Investigation.

Elle n’accepte AUCUN cadeau

Pas question d’être mêlé à une quelconque magouille ou qu’on achète son silence ! Et d’ailleurs d’où vient cet argent ? D’un trafic d’armes avec le Venezuela peut-être ?


Elle relit tous tes textos le soir avec une équipe de France 2

Qui est ce Bouygues Telecom ? Et pourquoi te propose-t-il régulièrement de profiter de 3 euros de forfait supplémentaire chaque mois ? T’as intérêt à répondre ou elle te balance au fisc !

Elle fait subir des interrogatoires à tous tes ex

“Pourquoi vous êtes-vous séparés ? Quel est le motif de la rupture ? Avez-vous toujours des sentiments ? Répondez c’est pour Cash Investigation”

Elle menotte toujours ses partenaires quand elle couche

Pour ensuite te fouetter avec des Mediapart et des Canard Enchaînés. Et si tu t’arrêtes de crier, tu risques encore de te faire engueuler. “Pourquoi vous êtes-vous arrêtés ? Quel est votre motif ? Répondez, c’est pour Cash Investigation !”

Si tu casses avec elle, tu as intérêt à partir loin, très loin

D’ailleurs j’écris cet article depuis la Nouvelle-Zélande. Mais je sais qu’un jour ou l’autre elle me retrouvera.