L’interview vérité de la Tour Eiffel

PNL, gilets jaunes, grèves, tourisme et Hidalgo… Au vu de l’actualité houleuse des dernières semaines et alors qu’elle s’apprête à fêter ses 130 ans, nous sommes partis à la rencontre de la célèbre Dame de Fer pour en savoir un peu plus.

Bonjour Madame Eiffel. Alors tout d’abord comment ça va ?

Je vous en prie appelez moi Tour.

Ah euh d’accord. Mais c’est pas un peu chelou “Tour” comme prénom ?

Je préfère à mon nom de famille : je vois pas pourquoi je devrais continuer à porter le nom de l’autre architecte moustachu là alors qu’il est mort il y a 100 piges. Je suis une femme libérée #metoo.

Bien alors commençons par LA grosse actu du moment : le clip de PNL où vous apparaissez en guest star avec les deux rappeurs. Comment avez-vous vécu cette expérience ?

Un enfer putain. Non seulement, j’ai encore la musique dans la tête mais en plus ils ont passé leur journée à fumer des bédos sur la passerelle à et à enfumer la cage d’ascenseur. Résultat, je suis complètement défoncé depuis deux semaines : même quand je clignote, c’est au ralenti. En plus, je me demande si je suis pas accro maintenant. D’ailleurs vous avez pas un toncard pour rouler ?


Quand même, le clip a déjà été vu 45 millions de fois sur Youtube, ça doit vous faire un peu de pub non ?

Ah bah oui cimer la pub. Les gens m’appellent la tour QLF et j’ai plein de pleins de mecs du 91 qui viennent vendre du taga, des barrettes, et des galettes dans le hall d’escalier. Comme si j’étais pas déjà assez emmerdé avec les japonais et les vendeurs de porte-clé. Bon après, oui c’est toujours bon pour le tourisme, on a fait des bons chiffres ce mois-ci. Bon vous avez pas du shit sans déconner ?

Parlons-en du tourisme d’ailleurs. Pas trop compliqué ces derniers temps avec le climat social, les gilets jaunes tout ça ?

Non ça va à peu près, celui qui prend cher c’est mon pote l’Arc de Triomphe. Le mec se fait taguer et vandalisé depuis six mois et il fait des insomnies chaque vendredi soir. Aux dernières nouvelles je crois qu’il est sous anti-dépresseurs. Déjà qu’à l’origine c’est pas une flèche, mais alors là… Flèche, l’Arc, vous l’avez ?


Oui, mdr. Vous n’avez pas peur qu’il vous arrive la même chose maintenant qu’il y a interdiction de manifester sur les Champs ?

Alors là ils peuvent essayer. Vu le dispositif anti terroriste, qu’on a mis en place, ils peuvent toujours se pointer mais si je vois le moindre bouseux approcher, je lui décroche un coup de pied et l’envoie voler dans la Seine, ça dégage. Faut pas déconner.

Ah oui vous êtes vraiment anti gilets jaunes. C’est du snobisme parisien ?

130 ans à Paris, on se refait pas. Après, les gilets jaunes moi j’ai rien contre eux de base. C’est juste qu’ils aiment trop la caisse et moi  je suis pro Hidalgo, c’est ma boss. Bon je vais voir si je peux pas commander un peu de Caroline ou de Marie-Denise à un numéro parce que je vous aime bien mais on commence à gentiment se faire chier là.

Et bien Madame Eiffel… Euh “Tour”, nous n’allons pas vous déranger plus longtemps. Merci de nous avoir accordé un peu de votre temps…

Pas de soucis, les gars. N’oubliez pas de me suivre sur Insta, Youtube, Snapchat, je fais plein de photos avec des touristes japonais pour vos fonds d’écran.


Et d’ailleurs, vous venez de fêter vos 130 ans en mars, félicitations ! 

Hé oh me vieillis pas, je fête mes 90 ans. Crois pas toutes les conneries qu’on raconte sur Wikipédia, je reste jeune #YOLO.

Notre entretien s’arrête là, la Tour Eiffel s’étant ensuite absentée pour tenter d’acheter du shit à un flic en civil avant de se faire arrêter et d’être placée en garde à vue. Aux dernières nouvelles, la maire Anne Hidalgo doit venir lui payer sa caution.